filtrer par

Partager

MASTÈRE SPÉCIALISÉ® ECOLOGIE INDUSTRIELLE : COMMENT TRANSMETTRE NOS SAVOIRS AU PLUS PRÈS DU TERRAIN ?

MASTÈRE SPÉCIALISÉ® ECOLOGIE INDUSTRIELLE : COMMENT TRANSMETTRE NOS SAVOIRS AU PLUS PRÈS DU TERRAIN ?

Les 10 étudiants de la toute première promotion du Mastère Spécialisé® Ecologie Industrielle ont pu découvrir quelques-unes des réalisations les plus emblématiques en termes d’écologie industrielle en France.

5 journées de visite sont en effet planifiées au programme de ce nouveau Mastère Spécialisé® :

  • La première journée, organisée en mars dernier sur la zone portuaire du Port du Havre, a permis de visiter deux incinérateurs de déchets totalement complémentaires.

L’incinérateur Ecostu’Air du SEVEDE (Syndicat d’Elimination et de Valorisation Energétique des Déchets de l’Estuaire), actuellement exploité par Oréade, filiale de SUEZ Environnement, est un incinérateur de déchets ménagers qui a récemment développé un réseau d’échange de vapeur en direction de l’usine Tereos située à proximité.

L’incinérateur SEDIBEX, opéré par VEOLIA, est quant à lui un des principaux incinérateurs français de déchets dangereux. Installé en 1977, il a dès le départ cherché à valoriser la vapeur produite pour les industries environnantes. Il alimente actuellement 5 sites industriels avec un réseau de 4km de canalisations.

Les étudiants ont pu à la fois découvrir les activités et métiers du secteur du traitement des déchets, mais également échanger avec les responsables de site et d’exploitation sur des applications concrètes d’échange de matière et d’énergie (en l’occurrence la vapeur).

  • Du 24 au 26 mai, la promotion s’est rendue dans l’est de la France pour un voyage d’étude de trois jours.

Tout d’abord les étudiants se sont rendus à Epinal où ils ont été reçus par les responsables de la Green Valley, initiative d’écologie industrielle construite principalement autour de l’usine de papier Norske Skog Golbey et de la SEM (Société d’Economie Mixte) de développement économique Epinal-Golbey. Le résultat le plus abouti de cette démarche est l’implantation à proximité immédiate de la papeterie (une des plus grosses en Europe) d’une unité de production PAVATEX, leader européen de fabricant de laine de bois pour l’isolation, qui a permis la mutualisation des infrastructures routières, énergétiques et des équipements. Les étudiants ont visité le site industriel et ont pu échanger longuement avec des représentants des différentes structures, ainsi qu’un élu de la communauté d’agglomération d’Epinal.

Les deux jours suivants se sont déroulés sur le site de la bioraffinerie intégrée de Bazancourt-Pomacle, au nord de Reims. Ce site historique est centré sur l’industrie de la betterave sucrière (24 000 tonnes de betteraves traitées chaque jour pendant la campagne qui s’étende de septembre à janvier !) et du blé (450 000 tonnes traitées chaque année).

A partir de contraintes économiques, les coopératives agricoles gérant le site ont lancés d’ambitieux travaux de recherche autour de la structure A.R.D (Agro-industrie Recherches & Développements) qui a permis l’émergence de ce site industriel unique. La betterave est valorisée sous forme de sucre (sucrerie Cristal Union) et de bioalcool et bioéthanol (distillerie Cristanol). Le blé est valorisé sous forme de sirops de glucose, protéines et amidon (amidonnerie glucoserie Chamtor), en partie utilisés par Soliance dans des actifs cosmétiques. Les biotechnologies et biocarburants font l’objet de recherches ambitieuses autour de Biodemo (unité de démonstration industrielle en biotechnologies), de Futurol (usine-pilote d’éthanol de 2ème génération) ou encore du Centrale d’Excellence en Biotechnologies Blanches (CEBB) regroupant des antennes de recherche et d’enseignement de Neoma Business School, AgroParisTech et CentraleSupélec. Sur l’ensemble du site industriel, les flux de matière et d’énergie sont extrêmement circularisés et optimisés.

  • Une dernière journée de visite sera organisée à la rentrée sur le site Challenger, siège de Bouygues Construction à Guyancourt, vitrine de l’expertise et du savoir-faire du Groupe, qui a fait l’objet d’une rénovation extrêmement ambitieuse. L’accent a été mis sur la maîtrise des consommations (isolation et étanchéité, recyclage et réutilisation de l’eau) et de l’énergie (géothermie, solaire), et sur le bien-être des 3200 collaborateurs du site. Cette dernière visite illustrera les meilleures pratiques en termes d’éco-conception et d’écologie industrielle dans le domaine de l’urbanisme et de la construction.

« Au travers ces visites industrielles, les étudiants du Mastère Spécialisé® Ecologie Industrielle peuvent comprendre la réalité du terrain et mettre en évidence les freins et leviers des démarches d’Ecologie Industrielle sur les territoires dès lors qu’on cherche à mutualiser des flux de matière et d’énergie entre entreprises. Au-delà des considérations purement techniques c’est bien souvent un contexte local, une volonté de certains acteurs et la fédération de ces acteurs qui permettent l’émergence de tels projets. Ce sont certains des enjeux auxquels seront confrontés ces étudiants en sortie de la formation » nous explique François Cluzel, responsable pédagogique du Mastère Spécialisé® Ecologie Industrielle.

Cette formation s’appuie sur 3 laboratoires complémentaires en sciences pour l’ingénieur : le Laboratoire Génie industriel et le Laboratoire de Génie des Procédés et Matériaux de CentraleSupélec, et l’Institut PS2E Paris Saclay Efficacité Energétique.

D’une durée de 65 jours répartis sur 13 mois et compatible avec une activité professionnelle, cette formation à l’approche transverse, cherche à former les chefs d’orchestre des futures démarches d’écologie industrielle, qui seront capables d’initier et de piloter des projets ambitieux à l’échelle des entreprises et des territoires.

La rentrée de la deuxième promotion du Mastère Spécialisé® Ecologie Industrielle s’effectuera en janvier 2017.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
Aller au contenu principal