filtrer par

Partager

RSE : L’IMMENSE DÉFI DE LA PRISE DE CONSCIENCE

RSE : L’IMMENSE DÉFI DE LA PRISE DE CONSCIENCE

Pour Agnès Rambaud-Paquin, directrice associée du cabinet Des Enjeux et des Hommes, ce que l’on appelle la RSE est une lame de fond qui met à plat les anciennes façons de faire pour voir émerger ce qui sera très bientôt un mode naturel de pensée et de prise de décisions. Or, aujourd’hui, l’écart se creuse entre les entreprises qui déjà se réinventent et celles qui n’ont pas encore pris conscience du monde qui se dessine.

« L’ancienne économie n’est plus soutenable », nous dit-elle « Elle a conduit aux dérives que nous connaissons : dérèglement climatique, épuisement des ressources, atteinte à la biodiversité, inégalités sociales, stress au travail, etc. La nouvelle économie sera plus sobre, plus juste, plus ouverte, plus partagée. Il n’y a pas d’entreprise qui gagne dans un monde qui perd. Les parties prenantes – investisseurs, actionnaires, clients, salariés – l’attendent. Les signaux sont de plus en plus forts. »

Les entreprises l’ont-elles compris ? Pour la plupart des grands groupes, pour de plus en plus de PME, la réponse est oui. Pour quelques startups aussi, qui tiennent à fonder leur projet sur des bases solides et durables. Précurseurs, visionnaires, leurs dirigeants ne considèrent pas la RSE comme une contrainte ou une obligation réglementaire, mais comme une opportunité d’innover, de s’adapter au monde de demain et d’engager leurs équipes sur des projets mobilisateurs.

Cabinet conseil en stratégie et change management, spécialisé en RSE, Des Enjeux et des Hommes est un partenaire du programme Master Class 21 de CentraleSupélec EXED.

Prestigieux : Décideurs Magazine place ce cabinet au tout premier rang de son classement des conseils en RSE.

« Il y a quinze ans, la RSE n’était portée que par quelques leaders éclairés », ajoute Madame Rambaud-Paquin. « Depuis cinq à six ans, nous observons une accélération très nette, car de plus en plus d’acteurs engagés en RSE nous donnent l’exemple de vrais succès, assortis de bénéfices concrets en termes de CA, ouverture de marchés, fidélisation client, attraction et rétention de talents. Ce n’est pas gagné et il reste beaucoup à faire, mais le sujet progresse. »

LE PROGRAMME MASTER CLASS 21 : UN INCONTOURNABLE

Quelle place occupe le programme Master Class 21 dans cette révolution qui bouscule le monde économique ?

De l’avis d’Agnès Rambaud-Paquin, il occupe une place déterminante, car il forme non seulement des spécialistes de la RSE, mais aussi des experts métier qui veulent intégrer cette corde à leur arc et qui en deviennent des ambassadeurs. Avec un format unique, des contenus d’excellent niveau, un format efficace et des intervenants de grande qualité, aussi bien experts que praticiens de la RSE. Ce cursus est complémentaire des autres formations plus académiques et aux formats digitaux ou présentiels plus « classiques ».

Elle déplore d’ailleurs que trop peu d’écoles de commerce ou d’ingénieurs intègrent la RSE dans leurs programmes. Ce qui est un non-sens, puisque toutes les entreprises, sans exception, seront bientôt obligées d’intégrer le sujet dans leurs stratégies, leurs opérations, leurs relations avec leurs partenaires, fournisseurs et collaborateurs, etc.
Et bientôt, c’est maintenant : « Dans dix ou vingt ans, la RSE sera mainstream… au même titre que la qualité ou la transformation. »

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
Aller au contenu principal